Article

Traitement des apnées du sommeil et ronflements par orthèse d’avancée mandibulaire

Orthèses d’Avancée Mandibulaire : La solution pour de nombreux patients

 

1/ Qu’est ce qu’une orthèse d’avancée mandibulaire (OAM) ?

L’orthèse est un dispositif médical simple qui est composée de deux gouttières qui prennent ancrage sur chacune des arcades dentaires et sont reliées entre elles par de petites biellettes permettant une propulsion de la mandibule en avant et une libération de l’espace basi rétro lingual. 

L’orthèse sur mesure utilise la technologie d’optimisation de la retenue mandibulaire ; elle maintient la mandibule en position avancée ce qui empêche la langue de reculer et provoque un élargissement des voies aériennes supérieures au niveau du pharynx. 

 

2/ Pourquoi choisir un traitement par OAM ?

L’efficacité des OAM est reconnue sur les apnées ; ces dernières sont aujourd’hui remboursées par la sécurité sociale en cas d’apnées du sommeil modérées avec somnolence diurne et en cas de refus de la ventilation dans le SAS sévère. 

La réalisation des orthèses se fait par votre chirurgien dentiste. Une demande d’entente préalable argumentée (par votre prescripteur ORL) doit être adressée à la sécurité sociale pour obtenir le remboursement. 

L’orthèse d’avancée mandibulaire (OAM) est une solution possible et suffisante pour un grand nombre de patients et peut aussi être utilisée comme alternative pour des patients refusant la ventilation à pression positive initialement ou secondairement. 

L’efficacité des OAM est de 50 % sur les apnées et de 85 % sur le ronflement.

L’OAM a toute sa place dans le traitement du Syndrome d’apnées du sommeil. Les deux modes de traitement, OAM et ventilation à pression positive continue, utilisés en alternance, ne sont pas incompatibles. Certains patients utilisent l’OAM dans leurs déplacements et la ventilation lorsqu’ils dorment à leur domicile.

 

3/ Quels en sont les Bénéfices ?

- Le risque d’obstruction partielle ou totale du pharynx diminue, réduisant le nombre d’apnées et d’hypopnées, sources des micro-éveils. 

- La vitesse de l’air inspiré diminue, réduisant les vibrations des parties souples, génératrices des ronflements

 

4/ Contre-indications 

Sur le plan bucco-dentaire, les limites de réalisation des OAM sont essentiellement liées à l’absence d’un ancrage efficace pour les gouttières : édentements non compensés, insuffisance du nombre de dents présentes sur l’arcade, parodontites sévères non stabilisées ou ayant entraîné des pertes d’ancrage trop importantes. 

Une mauvaise hygiène bucco-dentaire et ses conséquences (caries, inflammation gingivale) peut représenter dans les cas sévères une contre-indication temporaire. 

 

5/ Suivi des patients 

Le patient sous AOM doit être suivi régulièrement. Une consultation dentaire est nécessaire tous les 6 mois afin de vérifier l’absence d’effets secondaires sur les dents ou la mâchoire. 

Un contrôle polygraphique avec l’OAM chez le spécialiste du sommeil doit être fait tous les ans. 

 

Article rédigé par le praticien le 27/06/2017